Le perfectionnisme 1ere partie 1/2



Le progrès est plus important que la perfection.” – Simon Sinek


Un jour, des journalistes ont demandé à Bob Marley s'il existait, selon lui, une femme parfaite. Il a répondu ceci : "Qui s'intéresse à la perfection ? Même la lune n'est pas parfaite, elle est pleine de cratères. Et la mer ? Incroyablement belle certes, mais tellement salée et sombre dans ses profondeurs. Et le paradis ? Toujours aussi lointain et infini... Autrement dit les plus belles choses ne sont pas parfaites, elles sont spéciales. Chaque femme, chaque homme et chaque personne choisit qui est ′′spécial′′ dans sa vie. Arrêtons de vouloir être ′′parfait", mieux vaut essayer d'être libre et vivre selon nos propres choix, sans forcément vouloir plaire aux autres... et à notre Ego obsessionnel."


Voici plusieurs façons de définir le perfectionnisme :


• Un perfectionniste est une personne qui refuse d’accepter toute norme inférieure à la perfection. En psychologie, le perfectionnisme est un trait de personnalité qui se caractérise par “le fait qu’une personne s’efforce d’être irréprochable et se fixe des standards de qualité excessivement élevés, accompagné par une auto-critique permanente et draconienne, tout en s’inquiétant du jugement des autres.”


• (Personne) qui est animé(e), obsédé(e) par un souci exagéré de la perfection en toute chose, notamment qui apporte un soin extrême, excessif dans la finition de son travail.


• (Personne) qui cherche à s'améliorer dans une branche quelconque.


Comment te parle ce concept ? Où est-ce que tu te situes par rapport à ce perfectionnisme?


Tu es plutôt du genre " allez c'est bon, ça ira comme ça!" en te contentant du minimum ou sans aboutir dans tes actions et tes projets?


Ou plutôt du genre " non ça ne va pas, faut que je recommence ! C'est pas assez droit/ pas assez lumineux/ pas assez fluide... Faut que je trouve LA photo qui va bien avec ce post 😜 " etc... quitte à passer des heures entières pour arriver au résultat qui te convient ?



Pour ma part, j'ai longtemps pensé que ce que je faisais n’était jamais assez bien.

Heureusement, j'ai cheminé pour m'améliorer. 😁Mais, il y a peu, j’ai encore sombré dans les vices du perfectionnisme.


Voici un exemple concret et d'actualité, les posts de ce blog. 😜


J'ai parfois relu mes anciens articles pour les retravailler, les corriger ou encore les enrichir. Je suis capable de passer un temps démesuré à chercher LA bonne image pour illustrer chacun des articles ou pour trouver LA tournure de phrase "parfaite" pour expliquer un point particulier. Au départ, je pensais que c’était plutôt une qualité.

Après tout, si le résultat est "parfait", cela ne pouvait être que bénéfique pour moi et aussi pour les autres, non?

Sauf qu’être perfectionniste est une discipline qui demande beaucoup de temps et d'énergie. Et pendant que je rédige un article durant des semaines, d’autres font presque aussi bien en trois fois moins de temps.

Alors vaut-il mieux rédiger 3 articles excellents ou 1 article parfait ?🤔


Je suis bien consciente que la perfection n'existe pas, c'est ce que je dis aux personnes que j'accompagne et à mon fils ! Mais avant de l'incarner complètement, il me faudra encore quelques... années. 😉


Ahh oui, d'ailleurs, je me suis longtemps posée les questions suivantes :


" mais pourquoi est-ce que je suis si indulgente envers les autres et si intransigente avec moi-même ?"


"Pourquoi est-ce si facile de voir et reconnaître la beauté chez l'autre avec ses imperfections et pas chez moi ?"


Première étape 👇🏻


ACCEPTER MES IMPERFECTIONS.

Avec l'aide de précieuses rencontres et grâce à de riches et douloureuses expériences de vie, (entre mes 18 et mes 26 ans) j'ai accepté ne pas être parfaite. Ça fait un peu plus de dix années déjà et j'y travaille encore !😂


Deuxième étape 👇🏻


ACCEPTER ET TRANSFORMER MES PARTS D'OMBRE.

A partir du moment où j'ai bien voulu admettre que j'avais, moi aussi, des parts sombres enfouies, j'ai pu avancer sur mon amélioration.

J'essaye d'apprivoiser cette part de moi (le perfectionnisme)😉 et ce n'est pas chose aisée. Je me rends compte qu'avec les années, j'arrive à relativiser et à diminuer mon degrés d'exigence envers moi-même.

Ouff, quel soulagement! ☺️


Troisième étape 👇🏻


COMPRENDRE ET CHERCHER L'ORIGINE

Mais pourquoi ce soucis du détail exacerbé?🤔

J'ai eu besoin de trouver l'origine et la cause de cette facette de moi. Et bien sûr de la comprendre pour y trouver du sens.


Cette tendance au perfectionnisme est souvent engendrée par notre éducation sociale. Depuis l’école primaire nous sommes plongé.e.s dans divers environnements sociaux qui n’ont cessé d’être exigeants envers nous : le refus de l’erreur, la concurrence, la course aux premières places, l’individualisme accru, toujours plus de productivité, toujours plus de rapidité, tout cela vient nous mettre de sacrés coups de pression qui finissent, tôt ou tard, par nous emprisonner.

On en finit même par devenir extrêmement intransigeant envers soi.


Depuis ma plus tendre enfance, j'avais à peine 3 ans à l'époque (wouaaa ça commence à faire plusieurs décennies déjà 🤣) certains souvenirs précis m'ont aidé à poser des mots sur cette facette de moi.


Par exemples:


- Lorsque j'étais à l'école, en PS de maternelle,

lors d'activités créatives de coloriage ou de peinture sur lesquelles j'avançais TRES LENTEMENT, je me souviens avoir atteint des états de CONCENTRATION ultimes! Je voulais que le résultat soit SUPERBE et REMARQUABLE !

Les finitions étaient EXTRÊMES ! J'utilisais une quantité incalculable de couleurs, de techniques, avec une imagination DÉBORDANTE... celà pouvait prendre plusieurs jours, alors que certains enfants finissaient leur dessin en 10 minutes à peine 😂 sans se soucier du résultat.


- J'ai grandi, entourée de personnes qui me répétaient sans cesse que j'étais " Trop belle", "une Vraie poupée" "très sage" 🤫 "très mature" "très réfléchie" "bonne élève" "consciencieuse" "un modèle à suivre" "très responsable" "de grandes capacités" "grande force de caractère" et j'en passe...


Tu dois te dire "ça fait beaucoup quand même !"

Et oui tu peux 😂

J'ai fini par intégrer toute cette quantité de jugements, compliments et superlatifs à la personne que j'étais. Et puisque je devais être au top du top continuellement, je n'avais pas de marge d'erreur.


Tu te dis peut-être "mais de quoi elle se plaint? tant de compliments c'est génial, c'est mieux que d'entendre t'es nulle, t'es bonne à rien etc..."


Je ne suis pas dans la plainte, je suis la personne que je suis actuellement et je suis fière de mon parcours. Toutes ces expériences m'ont permises de donner le meilleur de moi-même et d'alimenter ma capacité de résilience, mais j'ai aussi traversé de nombreuses années de doute, de recherches de compliments et d'amour inconditionnel quand je me trompais.


Pendant presque vingt-cinq années, je me suis rarement autorisée à regarder et accepter mes faiblesses (d'après mon entourage je n'en avais pas et il ne fallait surtout pas que je les montre).


J'ai été élevée dans une famille où la phrase "ça pourrait être encore mieux" était véhiculée comme une norme qui m'était destinée.

J'étais entourée de personnes très contrôlantes, exigeantes et perfectionnistes (ahhh tiens donc 🤔 😉)

Elles étaient rarement satisfaites de la personne que j'étais et étaient toujours dans l'attente de l'excellence et de la compréhension rapide. Quelle pression de fou !!


Et cette phrase "c'est bien 16 de moyenne mais c'est pas 20, tu pourrais mieux faire" Grrrrr 😔


Au quotidien, ça pouvait être difficile à maintenir et c'est ce qui m'a conduit à un burn out professionnel en 2015.


Tenir un tel niveau d'excellence et ne pas s'autoriser à faire des erreurs n'est absolument pas viable, et est inhumain sur le long terme. Je suis heureuse d'avoir dis "STOP" et d'avoir revu mes exigences personnelles à la baisse !


😢" Allez ne pleure pas, sois forte! 💪🏻" Quelle épreuve difficile de s'abstenir de pleurer quand on ressent la douleur ou quand on est triste alors qu'on en a besoin. J'ai longtemps pleuré seule en me cachant. 🤔 D'où vient cette croyance que la tristesse est une faiblesse et que les personnages "fortes" ne peuvent pas pleurer ?

Et puis un jour j'ai porté la vie, je suis devenue maman et là tout s'est réorganisé. 🙏 La plus grande richesse et aventure de ma vie. 💗


Tu dois sûrement te demander : " Ok mais qu'on en a conscience, comment s'en libérer ?


Je partagerai mes pistes et expériences personnelles pour cheminer vers la libération, dans la deuxième partie d'un prochain post 😉


MERCI pour ta lecture et à très vite pour la suite.


Belle journée ☀️


Chaleureusement 🤗💋


Aline.


53 vues6 commentaires

Posts récents

Voir tout